Catégorie : Glossaire

Qu’est ce que l’approche systémique

lesecretsdefamille

L’approche systémique

L’approche systémique se distingue des autres approches par sa façon de comprendre les relations humaines. En effet, la personne n’est pas le seul élément analysé dans la démarche. L’intervenant accorde aussi une importance aux différents systèmes dont elle fait partie (familial, professionnel, social, etc.). Cette personne est influencée à la fois par ses intentions, celles des autres, et celles des possibilités du milieu et/ou du système.

Le praticien s’intéresse aux règles de vie, aux processus de rétroactions, aux buts recherchés, aux mécanismes d’équilibre et aux pressions vers le changement.  Il observe les modalités de communication, la congruence, le niveau de différenciation et d’engagement au sein du système.  Il s’intéresse au niveau de remise en question permis, à la flexibilité des rôles ainsi qu’à leur degré d’adaptation à l’état actuel du système.

L’histoire de la famille agit sur l’individu. Cet individu transporte avec lui des valeurs, des émotions et des comportements véhiculés par la famille et ceci depuis plusieurs générations.

Le Praticien souhaite amener le système-client au prise avec un problème à communiquer sur un nouveau mode et à vivre autre chose.  Il facilitera le décodage adéquat pour que chacun puisse comprendre les autres.  Il favorisera l’expression des émotions, des souhaits, des intentions positives et des efforts fournis.  Il fournira aux membres du système l’occasion de communiquer sur leur façon de communiquer (métacommunication).

Categories: Glossaire Tags: Étiquettes :

La Psychothérapie Analytique

  uncheminverslecoeur

La Psychothérapie Analytique:

La psychothérapie analytique a une indication plus large que la cure analytique. Elle permet d’apporter une aide focalisée sur certains conflits. Basée sur l’interprétation verbale proposée par le patient, elle vise à l’explicitation des conduites et des affects avec pour but, la disparition des conflits. Le psychothérapeute abandonne sa neutralité pour se substituer à une image parentale bienveillante et structurante. La cure, moins longue qu’en analyse, se termine quand le patient a acquis une meilleure maîtrise de lui-même.

Historique

Il suffit de relire Freud pour se remémorer sa définition de la psychanalyse : “une méthode de traitement des désordres névrotiques”. Son but étant, non pas la guérison du symptôme, mais d’en dénouer l’énigme. Dès lors, il n’est pas possible de comparer la psychanalyse à une psychothérapie, dont la définition repose sur la résolution des problèmes comportementaux et psychologiques rencontrés par des individus. Toujours est-il que les deux courants allient leur vision autour de la psychothérapie d’inspiration psychanalytique. Cette rencontre improbable a sans doute eu lieu à la faveur du grand boum des années 60 qui verra l’éclosion de nouvelles thérapies, qu’elles soient familiales ou comportementales et psychanalytiques. Aujourd’hui cette pratique courante permet d’accéder à la profondeur d’une psychanalyse dans le cadre d’une thérapie de moyenne durée.

Principe

La psychothérapie est une démarche qui vise, par une approche psychologique, le traitement des symptômes et le développement personnel. La version analytique a en commun avec la psychanalyse la référence à l’inconscient psychique et la prise en compte de ses manifestations. En revanche, elle s’en différencie sur d’autres points, à commencer par le face à face, qui définit une nouvelle relation patient thérapeute non plus dans la neutralité, mais la bienveillance. Le transfert peut avoir lieu, mais il ne fait plus l’objet d’une interprétation systématique. Un dispositif de paroles est créé par le thérapeute permettant aux affects douloureux, aux conflits ou aux fantasmes de trouver une modalité d’expression. C’est la verbalisation qui en elle-même est thérapeutique, le travail qu’elle sous-tend et enfin l’interprétation éventuelle du thérapeute.

Déroulement d’une séance

La psychothérapie d’inspiration analytique change de cadre, elle quitte le divan pour un entretien verbal en face à face. L’attitude du thérapeute est cette fois-ci visible, ce dernier renvoie une image d’ordre parentale de nature sécurisante et structurante, il pose des questions, écoute aussi. Pour cheminer dans cet exploration de lui-même, le patient parle, verbalise ses doutes, ses questionnements, évoque ses rêves et ses lapsus, librement. A l’identique de la psychanalyse dont il reprend les concepts, le travail du thérapeute porte sur l’inconscient, les structures du passé et l’interprétation du matériel verbal proposé par le patient. Les interprétations et l’image renvoyées par le psychothérapeute sont les outils fondamentaux de la pratique durant la séance.

Indications et contre indications

De manière plus générale, le champs analytique peut apporter des réponses, et ouvrir des perspectives nouvelles en cas de souffrance intérieure, de sensations d’enfermement, et de mal-être diffus. Sans être une solution à toutes les difficultés, la thérapie d’inspiration analytique permet de progresser dans l’exploration de sa psyché et la connaissance de soi. De la famille des thérapies de durée moyenne, cette pratique est également indiquée en cas de conflits psychiques ponctuels ou de difficultés relationnelles chroniques (conjugales ou professionnelles). 

Categories: Glossaire Tags: Étiquettes :

La psychologie

La psychologie est l’étude scientifique des faits psychiques, la connaissance empirique ou intuitive des sentiments, des idées, des comportements d’autrui et des siens, l’ensemble des manières de penser, de sentir, d’agir qui caractérisent une personne, un animal, un groupe, un personnage.
La psychologie a pour objectif l’investigation du psychisme comme fondement d’une structure subjective et d’un fonctionnement spécifique (processus et mécanisme) articulé à la perception et représentation du monde extérieur.
Étymologiquement, la psychologie est l’étude (logos) de l’âme ou psyché (psukhê), du comportement humain et des faits psychiques. En son sens grec, cette étude porte sur les fonctions végétatives (psychophysiologie), sensitives (perceptions, motivation, motricité), intellectives (psychologie cognitive). Mais la psychologie n’est pas seulement une étude des fonctions de l’esprit, elle est aussi une approche casuistique de la subjectivité, une investigation d’une vérité au sein de l’individualité et de la personnalité d’un sujet. L’esprit n’est pas seulement un lieu de combinaison ou de liaison, il nous définit en tant qu’être pensant capable de se penser lui-même face au monde, et cela dans un rapport matériel ou grâce à l’abstraction (on voit déjà là une distinction avec l’animal).
Certaines disciplines de la psychologie se combinent avec d’autres, soit dans des champs connexes soit comme sous-domaines d’un champ d’études plus vaste. Elles sont souvent soumises à de redoutables problèmes épistémologiques, par exemple la psychopédagogie, la psychosociologie ou la psychopathologie, etc. En effet, il est difficile de dire par exemple ce qu’est ou n’est pas la pathologie en général et donc encore plus difficile de préciser la pathologie de l’esprit, de la personnalité…

Application
La psychologie clinique, dont le champ d’application est le propre de la psychopathologie de l’adulte et de l’enfant, est une approche théorique et pratique du fonctionnement psychique qui peut prendre appui sur les conceptions psychodynamiques de la vie mentale (unification des travaux psychanalytiques), mais aussi sur d’autres apport en techniques psycho-thérapeutiques, techniques reposant toujours, comme la psychanalyse, sur une véritable clinique de la subjectivité.

Dans cette démarche, l’histoire passée du patient, les vicissitudes du développement psychologique et de leur réactualisation possible sont prises en compte par le praticien. Le symptôme est porteur de sens et la singularité du sujet est mise au premier plan, tout comme son vécu, et son discours qui, lui-même, est considéré comme une « verbalisation » lorsqu’il est le propre d’une association de représentations et d’affects.

Le but de la psychologie clinique est d’appréhender l’unité et l’unicité du sujet dans une démarche thérapeutique, qui est sous-tendue par un logos appartenant clairement aux sciences humaines.

Categories: Glossaire Tags: Étiquettes :